The following two tabs change content below.

Julien Le Bot

Journaliste & réalisateur pour ARTE/Premières lignes. Ex-Producteur de @Atelier_medias sur @RFI. Consultant (#MediaDev pour @CFImédias). Branché #transmédia, #newsapps & #longformat.
Barney Livingston (cc-by-sa 2.0)

La « Beeb » s’est livrée, ces derniers mois, à un double exercice : une forme d’introspection (en produisant une sorte de « cahier des tendances » façon MétaMédia pour tenter de renouveler sa feuille de route), et une approche ouverte de l’innovation, avec le lancement du projet BBC Taster.

Le futur, donc, de la BBC. « Future of News » est un document (un bon vieux pdf) de près de cinquante pages rédigé par Kelly Parkinson, directrice en charge du suivi des audiences, et son équipe au terme d’un travail d’analyse, d’ateliers de réflexions, et de collecte de témoignages.

Et ça donne un petit ouvrage simple : un constat, d’abord, sur le devenir numérique de l’info (dans le monde en général, au Royaume-Uni en particulier). Mais aussi et surtout des pistes de réflexion sur les métamorphoses de la vénérable « Beeb » s’achevant sur un ensemble de recommandations pour l’actionnaire principal (le gouvernement britannique).

A l’heure des choix (et des coupes budgétaires), quel est le rôle de la BBC ? Au fond, toute la question est là. Selon ce document, la mission d’un service public de l’information est aujourd’hui de répondre aux usages qui ont pris le pouvoir :

  • le web est partout (on est passé d’un espace public organisé par des médias sur le modèle de la ville de Zurich au grouillement d’une mégalopole façon Bombai, mentionne le rapport),
  • la conversation est permanente sur les réseaux sociaux,
  • la télévision pourrait rapidement entrer dans la préhistoire (à côté de la machine à écrire).

« News VS Noise »

Que peut et doit donc faire la BBC ? Produire des programmes et des « news » au service d’une démocratie éclairée contre la tyrannie du bruit (« noise ») et de l’infobésité. Un bel horizon, certes, mais complexe à traduire en faits compte tenu, le souligne le rapport, de l’évolution du monde, des technologies et des usages :

  • Un « monde mondialisé », certes, mais de moins en moins de moyens pour le reportage à l’étranger,
  • Une déferlante de données et de contenus co-produits par les hommes et les robots,
  • Une distribution court-circuitée (Google, Facebook, YouTube…)
  • Un besoin et/ou une demande croissante en termes d’informations locales et personnalisées
  • Une compétition accrue, à l’échelle mondiale, en termes de production de programmes et d’informations (par de nouveaux groupes médias internationaux, des ONG, des multinationales).

Partant de là, on fait quoi, ensuite ?

  • D’abord, mettre le paquet sur la collaboration avec les audiences. Il faut plus d’engagement, de co-production à chaque étape de la fabrique des programmes et de l’info.
  • Côté data, l’un des gros enjeux, c’est la formation des journalistes : la BBC doit savoir trouver, expliquer, structurer ce monde qui vient, quitte à s’appuyer sur des robots, des algorithmes pour personnaliser l’info.
  • Ce qui implique de revoir le storytelling, aussi. Et aller au plus près du besoin. « News you can use » : pas le choix, à l’heure des coupes budgétaires, il faut se rendre indispensable.
  • Last but not least, ne pas oublier que le rayonnement d’une marque internationale comme la BBC passe… par le maintien (voire le développement) des langues étrangères.

Innover, c’est tester (avec le public)

En attendant de savoir ce que l’actionnaire de la BBC (le gouvernement britannique) fera de cet état des lieux du « futur de l’info » préfigurant la remise à plat de la « Royal Charter », la Beeb a lancé « BBC Taster » pour ouvrir, précisément, la fabrique des programmes.

L’innovation ouverte, donc. Tout de suite, maintenant, et chacun peut essayer. BBC Taster se résume en trois mots : « essayez, évaluez, partagez ». Se réinventer à l’ère de la conversation pour éviter d’augmenter le bruit, c’est d’abord savoir partager. Dont acte. Sur BBC Taster, vous avez quelques semaines pour tester des projets. Et la « search box » vous suggère, dès que vous arrivez sur la page d’accueil, de tester en fonction de vos goûts. Et de ce que vous cherchez : curieux de tout ? Geek ou à la recherche d’un nouveau type de divertissement ?

A vous d’apprécier – au sens propre. A noter : l’une des applications proposées joue avec les archives et votre profil Facebook. Ou comment voyager dans les archives de la Beeb et l’histoire mondiale en vous plaçant au cœur de la chronologie.

Liens :

Share This