Instagram - Les EchosLes Echos

Il y a un peu plus d'un an, la BBC inaugurait des vidéos d'information de 15 secondes sur Instagram. Réalisés et montés avec des moyens professionnels, les "Instafax" sont ensuite publiées sur le réseau social. L'objectif est d'insérer de l'info courte et dynamique dans les "timelines" des (jeunes) utilisateurs.

Jusqu'il y a peu, la plateforme accueillait surtout les images des marques de luxe et celles des passionnés de photos. Cinquante-cinq millions de clichés sont partagés chaque jour. Avec 300 millions d'utilisateurs, elle dépasse aujourd'hui Twitter et représentent donc un véritable enjeu stratégique. Si les médias s'en servent pour valoriser leurs plus belles photos, les usages journalistiques sont encore marginaux.

Comme le note Dina Tagemouati, dans son article sur lesechos.fr, les attentats en France ont largement été évoqués sur Instagram avec le hashtag #JeSuisCharlie.

En France, Les Echos, iTélé, France 24, ou encore Libération sont présents sur Instagram. Si les comptes permettent généralement aux médias de publier leurs Une ou à « teaser » l’audience sur les programmations et invités à venir, la couverture de la Marche Républicaine du 11 Janvier sur Instagram a consacré une utilisation plus « intime » de ce média, avec un lien direct entre journalistes et internautes.

Pour satisfaire les annonceurs, le plateforme vient de lancer une offre professionnelle : publicité cliquable et carroussel de photos.

Mais pour les sites d'information, deux freins persistent :

  1. l'impossibilité de rediriger les internautes vers les contenus en ligne.
  2. Sur le marché francophone, Instagram est encore un réseau à l'impact confidentiel, en comparaison de Twitter ou de Facebook.

Liens