The following two tabs change content below.

Julien Le Bot

Journaliste & réalisateur pour ARTE/Premières lignes. Ex-Producteur de @Atelier_medias sur @RFI. Consultant (#MediaDev pour @CFImédias). Branché #transmédia, #newsapps & #longformat.
Desktop 750Niv Singer (cc-by-sa 2.0)

La tendance fonçant tout schuss sur le "mobile d'abord" ("mobile first", pour les consultants globalisés) peut cacher une autre tendance : l'ordinateur fait de la résistance. Le temps passé sur Internet n'étant pas un jeu à somme nulle, il faut penser accumulation (des modes de navigation). Pour le dire autrement, le mobile cartonne quand l'ordinateur stagne. Mais ce dernier ne faiblit pas.

Le blog du "Chief Marketing Officer" (CMO) du Wall Street Journal est venu le rappeler opportunément dans un billet permettant de remettre les pendules à l'heure : arrêtez de penser que plus personne ne lit sur son ordinateur. On lit dans les transports publics, on flâne accoudé au comptoir, on tweete sur les aires d'autoroutes, mais on continue de papillonner sur la Toile au bureau.

Une croissance globale du temps passé sur Internet

Le CMO s'appuie sur les dernières données publiées par ComScore pour montrer que l'enjeu, pour les médias, est bien de ne pas manquer le virage du mobile qui, en effet, connaît des rythmes de croissance ininterrompus en terme de temps de lecture. A contrario, il faut continuer de travailler sur des offres de formats spécifiques pour les "bons vieux lecteurs" s'a(ban)donnant (encore) à la navigation sur leur ordinateur.

Une tendance confirmée par le fondateur et dirigeant de Chartbeat : "Il est tout à fait possible d'avoir une croissance de plus de 50% sur le mobile." Sans que, pour autant, on ne perde des lecteurs sur ordinateur. Encore une fois, l'idée est simple : le mobile ne grignote pas de parts... aux dépens de l'ordinateur. En somme, pour l'heure, on n'arrête pas le progrès sur Internet. A l'heure où les médias continuent de chercher leurs modèles économiques, avis aux marchés publicitaires.

Liens : 

Share This