The following two tabs change content below.
Journaliste militant pour un #journalisme de qualité via newsresources.org . Papa des #journocamp .
Les réglages de l'algorithme de facebookCédric Motte | Médiacademie

L’algorithme de Facebook se penche sur vous, et non sur le contenu comme le fait Google.

La mission est très noble : vous proposer le meilleur de ce que publient vos amis en fonction de ce que vous êtes. Il ne s'agit pas du meilleur dans l’absolu, comme peut le faire un moteur qui classe les sites avec des critères objectifs de succès, comme le nombre de visites, de liens vers ce site ou la rapidité de chargement.
Avec des critères personnalisés en fonction de votre usage de la plateforme, de vos réactions aux contenus et de celles de vos amis, Facebook sait par exemple qu'en fin de journée vous êtes plus enclins à regarder des vidéos débiles, tandis que le matin vous êtes à peu près concentré à cliquer sur des liens vers des articles.

Dans les premières années de Facebook, le problème a été de déterminer les critères et les moyens de nourrir l’algorithme. Comment faire ? L'équipe en charge du newsfeed s'est d'abord basée sur ses intuitions pour développer les premières versions. Mais les retours des utilisateurs n'étaient pas totalement satisfaisants...
... et ainsi est né le bouton "J'aime" !

D’un côté, il correspond à un besoin social de signifier notre présence à un copain, de l’autre il permet surtout à Facebook de récupérer un volume considérable d’actions. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs, plus de 5 milliards de like par jour, et plusieurs centaines de signaux passés à la moulinette, Facebook joue avec de considérables jeux de données pour concevoir son algorithme prédictif.

Un journaliste a rencontré l'équipe derrière l'algorithme du newsfeed : cet article de Slate en est la traduction en français. Extrait :

"...il ne s’agissait plus seulement de savoir si l’utilisateur avait cliqué ou avait liké un post, mais de savoir s’il l’avait liké avant ou après lecture. Par exemple: si vous likez un post avant de l’avoir lu, comme l’a découvert Facebook, cela correspond beaucoup moins à vos véritables sentiments que si vous le likez après lecture."

 Lien:

Share This