The following two tabs change content below.

Sébastien Bailly

Journaliste, Sébastien Bailly est aussi formateur et consultant. Ses spécialités ? L'écriture web, les réseaux sociaux, la communication en ligne. Il est l'auteur du premier livre français sur l'écriture web.

Derniers articles parSébastien Bailly (voir tous)

9068467267_74a828e489_bCC Sonny Abesamis

Vous allez sur Facebook pour partager des informations, pour en trouver, parce que vos amis et les pages que vous aimez en partagent. Bref, Facebook est devenu au fil du temps votre porte d'entrée sur le monde, le lieu où l'on vous explique tout ? Mauvaise nouvelle : vous devenez de plus en plus bête. C'est une étude très sérieuse (et en PDF) qui l'établit. On la doit à Michela Del Vicario et quelques autres chercheurs italiens.

Le chercheur et ses acolytes ont étudié comment les utilisateurs de Facebook partageaient les thèses conspirationnistes, les actualités scientifiques et les informations falsifiées. Le tout sur 69 pages Facebook, et pendant 5 ans. Une sacrée masse de données.

Et que démontrent-ils ? Que les utilisateurs de Facebook partagent essentiellement les articles dont les contenus confortent leurs opinions établies. Et qu'ils créent des communautés de gens qui pensent la même chose qu'eux. Pire, entre gens qui pensent la même chose, on serait conforté dans ses opinions, et poussé vers des opinions extrêmes, laissant de moins en moins de place au doute et à la remise en question.

Les mécanismes de Facebook pousseraient donc à la radicalisation plutôt qu'à l'ouverture d'esprit : puisqu'il y a tant de monde qui pense comme moi, j'ai bien raison de penser ce que je pense, et je devrais même le penser un peu plus fort.

Lien:

N'hésitez pas à lire (en anglais) un résumé de cette étude.

Share This