The following two tabs change content below.

Julien Le Bot

Journaliste indépendant & réalisateur pour ARTE/Premières lignes. Consultant et directeur de projets en coopération internationale (#MediaDev pour @CFImédias). Branché #transmédia, #newsapps, #ddj & #longformat.
Forbes Bot, premier écranJulien Le Bot | Médiacademie

 

Plateformisation des médias, automatisation d’une partie de la production, collaboration des algorithmes : on n’en finit pas de devoir harmoniser nos vocabulaires pour être bien sûr que l’on maîtrise encore la fabrique de l’information.

En février dernier, Bruce Upbin, qui pilote pour Forbes le suivi des actualités dans le domaines des technologies (dit-on encore nouvelles ?), s’est fendu d’un article au titre qui peut paraître surréaliste : “On branche un NewsBot Forbes sur Telegram “.

La traduction est libre, bien entendu, mais ce qu’il manque encore, c’est une explication :

  • Newsbot, qu'est-ce que c'est que ce nouveau mot ?
  • Telegram, encore une nouvelle application ?

Commençons par Telegram

Telegram, pour mémoire, ce n’est pas très compliqué : il s’agit là de l’une des nouvelles applications de messageries (disponibles sur tous les terminaux mobiles) qui cartonnent chez les utilisateurs de smartphones. Telegram a une particularité redoutable : elle est “chiffrée” (conformément au voeu de son fondateur, Pavel Durov, “Zuckerberg russe” vivant en exil permanent).

Autrement dit, elle protège (c’est en tout cas la promesse) vos conversations en vous permettant, gratuitement, de chiffrer vos échanges quotidiens. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Telegram passe pour être l’une des messageries les plus populaires chez les djihadistes.

Pourquoi commencer par Telegram, alors ?

C’est après avoir été contacté par Chatfuel, une entreprise spécialisée dans la mise à disposition des chatbots (ou “agents conversationnels”, pour le dire pompeusement, autrement dit, de petits programmes qui génèrent des “semblants de conversation”), qui leur a proposé de tester cette innovation, que Forbes s’est décidé.

Pour Forbes, au fond, c’était “tout bénéf’”, comme on dit : mettre les pieds sur Telegram pour appréhender le recours aux chatbots sur des applications de messagerie tout en appréciant les retours des premiers lecteurs.  

Du chatbot au newsbot, vous voyez ?  

Evidemment, non. L’idée, c’est d’utiliser la forme de la conversation pour essayer de proposer la bonne info, à la bonne personne, au bon moment. Le chatbot, dès lors, devient newsbot, en ce sens qu’il est l’agent par lequel les infos parviennent au lecteur, là où il se trouve de plus en plus - c’est-à-dire, connecté avec ses proches.  

Le mode d’emploi extrêmement simple : c’est un peu comme sur WhatsApp ou Snapchat. Vous cherchez, sur votre compte Telegram (oui, il faut bien évidemment en avoir un), à ajouter un contact : ForbesBot

Forbes Bot, écran 2Julien Le Bot | Médiacademie

Vous y êtes. Dès lors, le fameux NewsBot vous parle (et la promesse est transparente : “allô, ici robot”) : vous voici avec le groupe numéro 1 mondial de l’information économique. Et ce dernier de vous expliquer que vous avez deux options :

  • Vous allez recevoir, deux fois par jour, des “résumés” (traduction libre de “digest”) des histoires à retenir  
  • Vous pouvez poser des questions sur des thématiques de l’actualité

Exemples ?

“Show me news about the US elections”

Réponse : “Juste une seconde, je te récupère ça…”
Puis : “Voici ce qu’on a de plus pertinent pour vous” (s’ensuivent quatre bulles de dialogues proposant quatre articles).

Est-ce tout ?

Non, vous pouvez encore vous abonner à des fils de “conversations” (en réalité, des flux) thématiques : économie, sports, politique ou encore international, à vous de fabriquer vos fils de conversations qualifiés.

Forbes Bot, écran 3Julien Le Bot | Médiacademie

 

Est-ce que ça marche bien ?

Si l’on cherche (en anglais, naturellement) sur une thématique mainstream, oui, on obtient un florilège des derniers articles sur la question.

Naturellement, ça ne marche pas à tous les coups (il faut essayer “Qui est François Hollande ?” : le newsbot, innocemment, vous répond : “Juste une seconde, je te récupère ça…” puis “Pour l’instant, rien. Cherche autre chose”), comme on peut le constater sur la capture d'écran plus haut.

Au-delà, Forbes n’a pas encore communiqué sur son retour d’expérience. On peut imaginer un gain au moins : la gestion de ces applications de messageries s’en trouve simplifiée puisque c’est un newsbot qui gère la distribution des informations.

En tant que lecteur, c’est assez singulier. Mais quand on sait que la BBC Persian cartonne sur Telegram en Iran (plus de 100 000 inscrits en deux semaines) puisque cette messagerie n’y est pas bloquée, il semble opportun de continuer de garder un oeil sur ces initiatives.

Liens :

Share This