The following two tabs change content below.

Julien Le Bot

Journaliste indépendant & réalisateur pour ARTE/Premières lignes. Consultant et directeur de projets en coopération internationale (#MediaDev pour @CFImédias). Branché #transmédia, #newsapps, #ddj & #longformat.
Capture d’écran du site Retronews.frJulien Le Bot | Médiacademie

C’est aussi en regardant dans le rétroviseur que le présent prend du relief. En lançant le site Retronews.fr, la Bibliothèque nationale de France (BNF) a pris un chantier à bras le corps : tenter de valoriser les archives de la presse des trois siècles dernier, ce capital si difficile à valoriser à l’heure de la donnée interopérable, de l’algorithme et des communautés en ligne.

Le web sémantique pour faire parler les archives 

Pour ce faire, la BNF a numérisé des millions de pages pour en extraire des informations qui peuvent avoir du sens pour le public, les enseignants, des professionnels ou encore des chercheurs. Et le moteur de recherche, placé au coeur de l'expérience, permet de faire remonter des trésors pour qui veut bien prendre le temps de regarder de plus près (par titres, par époque, par thèmes associés etc.) grâce au travail effectué en s'appuyant sur les technologies sémantiques.

Le site lui-même fonctionne comme un petit média de journalisme d'histoire, façon la Fabrique de l'Histoire, chargé d’extraire de ces archives un certain nombre d’articles susceptibles d’éclairer autrement les débats actuels. Les #PanamaPapers mettent le souk sur les places financières ? Le Canal de Panama, en son temps, avait déjà été à l’origine d’un vaste scandale politico-financier éclaboussant la IIIe République.

Le web social pour permettre aux utilisateurs de s'en emparer 

Là où cette aventure éditoriale, par-delà les plaisirs de l’érudition qu’elle peut nourrir utilement, s’avère inspirée et originale, c’est dans sa structuration : le site permet à chacun de s’approprier pleinement sa traversée des archives… en disposant de fonctionnalités adaptées à diverses sophistications d’usages.

L’amateur d’histoire pourra flâner gratuitement tandis que l’enseignant ou le professionnel pourra, moyennant abonnement, disposer d’alertes (sur ses préférences, des thématiques, des dossiers), télécharger des archives ou acheter directement des droits d’exploitation de ces documents.  

Liens :

Share This