Dans son dernier Cahier de tendances, Eric Scherer nous offre un panorama des opportunités offertes par l’intelligence artificielle. Dans son introduction, le directeur de la prospective de France Télévisions passe rapidement de la démonstration à l’injonction : sans intelligence artificielle, les médias ne survivront pas.

Les plus grands acteurs du numérique, comme Google et Facebook, misent déjà sur la puissance de cette technologie qui permet, grâce à des ordinateurs et des algorithmes toujours plus puissants, d’automatiser des tâches complexes et irréalisables par l’Homme.

Ce passionnant Cahier de tendances liste les domaines d’action de l’intelligence artificielle dont la vocation est de maîtriser les montagnes de données que nous produisons en continu. Des données qu’il s’agit de détecter, classer, recommander pour personnaliser des contenus, prédire des comportements ou encore simuler des conversations en langage naturel. En clair, produire de la valeur et proposer de nouveaux services.

Mais tout ce qui est possible techniquement est-il réalisable au sein des médias? La réponse est clairement non, comme le montre les débuts mitigés de la génération automatique de texte à partir de données brutes. Méfiance, manque de ressources, compétences rares et surtout difficultés à imaginer de nouveaux usages portés par les données dans un secteur en quête de sens et d’efficacité. Au-delà des fantasmes et des contraintes, voici un rapide tour d’horizon des opportunités pour les médias :

  • Générer automatiquement des textes ou de vidéos à partir d’une base de données structurée (Ex: résultats des élections);
  • Discuter avec l’audience en simulant des conversations, basées sur les archives disponibles;
  • Offrir une information "liquide" pour permettre une distribution fluide et une bonne "découvrabilité" des contenus, grâce à une indexation multi-plateformes et multi-supports;
  • Connaître toujours mieux son audience et ses usages pour lui offrir une information sur-mesure où, quand et avec le format qu’il souhaite;
  • Faire de l’investigation en donnant du sens à des montagnes de données;

Vous l’aurez compris, on parle ici davantage de création de services pour l’audience et de nouvelles stratégies de monétisation des contenus que de journalisme en tant que tel. Mais, la question essentielle posée par l’intelligence artificielle est celle d’une société forcée à se penser en dehors des canevas et des limites techniques habituels. Il s’agit de construire aujourd’hui des programmes voués à rendre l’intelligence de l’Homme obsolète et impuissante au profit d’un monde régulé par des machines ultra complexes, dont seuls quelques-uns détiendront la clé. En attendant, il est temps de retourner à notre labeur, pauvres artisans imparfaits et en sursis que nous sommes !

Liens :