Nick Garnett, reporter à la BBC, lors de l'événement Next Radio, le 7 novembre 2013 à Londres.Capture écran Youtube

Nick Garnett, reporter à la BBC, lors de l'événement Next Radio, le 7 novembre 2013 à Londres.

Nick Garnett est journaliste à la BBC. Et lorsque l'information sur le massacre de Charlie Hebdo est arrivée à la rédaction en chef de BBC5 , la radio info et sports de la BBC, Nick Garnett a été immédiatement envoyé à Paris pour couvrir l'événement. Nick Garnett est un journaliste un peu particulier: il est le premier à la BBC à avoir voulu exploiter le potentiel des smartphones et particulièrement de l'iPhone en situation de reportage.

Sur son blog, le journaliste raconte comment il a travaillé durant ces journées de janvier à Paris. Départ en reportage dans l'heure, avec un unique bagage cabine dans l'avion pour sortir de Roissy sans attendre la livraison des bagages. Dans le sac du reporter, peu de vêtements mais beaucoup de matériel, dont des batteries (chargées) qui vont s'avérer décisives. Notamment celle qui permet de recharger 20 fois l'iPhone sans être connectée à une prise de courant.

Nick Garnet explique qu'en trois jours, il a reçu plus de 800 emails consultés sur son iPhone en liaison avec les événements et qu'il n'a cessé de photographier, filmer, enregistrer de l'audio et de diffuser ses reportages sur l'antenne et le site web de BBC5.

Le reporter a pu constater que les réseaux wifi ou 3G étaient particulièrement encombrés avec tous les journalistes et les badauds qui téléphonaient-twittaient-facebookaient sur les lieux des événements. Il s'en est remis à son dispositif de transmission par satellite pour être en direct sur les ondes de sa radio. Lorsqu'il était en reportage dans des zones moins "chaudes", Garnett a eu la surprise de constater que les débit proposés par la 3G parisienne étaient largement supérieurs à ceux proposés en Grande Bretagne.

Le reporter et sa productrice (au sens anglo-saxon du terme) ont dû renoncer à produire de la vidéo au cours de leur reportage. Cela leur aurait pris trop de temps, de batterie pour un résultat incertain comme ils n'avaient pas d'ordinateur pour réaliser un montage de qualité professionnelle. De plus, la BBC avaient envoyé à Paris des équipes de télé.

Le récit détaillé (en anglais) de Nick Garnett permet de comprendre en quoi la vie et le travail des reporters ont changé à l'ère des smartphones, surtout lorsqu'ils partent sur des événements d'actualité non prévisibles.

Lien: