Faire appel au financement participatif (ou crowdfunding) nécessite le respect de quelques règles.

Faire appel au financement participatif (ou crowdfunding) nécessite le respect de quelques règles.

De nouveaux mots sont apparus ces dernières années dans le jargon des journalistes et notamment des pigistes. "Crowdfunding", Ulule ou KissKissBankBank ont fait leur apparition chez les journalistes francophones. Il s’agit de collecter les moyens de financer (partiellement ou totalement) un reportage ou de lancer un média en lançant un appel à la contribution du public.

Cette nouvelle pratique a ses règles et ses pièges. C’est pour cela que le Global Investigative Journalism Network vient de publier son guide "Crowdfunding for Journalists".

A retenir:

  1. Choisissez la plateforme de crowdfunding la plus en phase avec la cible que vous visez;
  2. Soignez vraiment la présentation de votre projet (la vidéo est considérée comme un plus);
  3. N’oubliez pas que le crowdfunding, ce n’est pas qu’une histoire d’argent (c’est aussi s’engager en faveur d’un projet, rejoindre une communauté, tisser des liens);
  4. Mobilisez votre premier cercle (famille, amis, collègues) puis leurs relations et —si vous rencontrez le succès— les relations de leurs relations;
  5. La planification  et l’organisation sont les clefs de la réussite;
  6. Soyez réalistes (notamment en évaluant le temps de travail nécessaire).

Le guide propose aussi quelques outils pour réaliser ses pitches vidéos ou ses infographies.

Lien: