The following two tabs change content below.
Journaliste indépendante, formatrice à Samsa.fr et l'ESJ Pro, chef de projets interactifs. Je jongle entre les piges, les formations et les webdocumentaires. J’ai co-fondé l'événement Diapéro pour promouvoir le diaporama sonore.
Capture-d’cran-2015-11-17-23.19.21-600x366Marianne Rigaux | Médiacademie

Capture d'écran du JT vertical du Bild

En 2012, filmer verticalement avec son smartphone était le mal absolu. En 2015, c'est à la mode, qu'on le veuille ou non. Sur le blog Meta-media, hébergé par France Télévisions, Alice Pairo fait état des débats qui agitent le mobile.

Qui dit mode, dit diktat. Les applications Snapchat et Periscope ont imposé le format vertical pour la vidéo et les contenus multimédia. Il faut donc faire avec. Mais après tout, rappelle Alice Pairo, l'ergonomie naturelle du smartphone est de le tenir droit dans la main.

Cette nouvelle tendance au vertical influence au delà des utilisateurs de Snapchat et Periscope. Les Allemands du quotidien Bild et les Suisses de la chaîne Léman bleu ont créé un JT vertical. Elisabeth Murdoch s'apprête à lancer un média dédié à la vidéo verticale. Même l'appli de Youtube s'est adaptée l'été dernier pour afficher en plein écran.

Les tenants de l'horizontal

Comme dans toutes modes, il y a les détracteurs. Les tenants de l'horizontal ne dérogent pas au format paysage pour filmer. Spoiler : il y a des bouts de Philippe Couve dedans, qui assène, pragmatique : "Nos yeux sont placés de part et d’autre de notre nez, pas l’un en dessous de l’autre".

A lire en complément pour choisir son camp, les réflexions d'Aurélien Viers, directeur adjoint du numérique à l'Obs. Il l'annonçait dès le mois de mars : "filmer verticalement, c'est tendance". En octobre, il revient sur la même idée notant que l'info, la publicité, l'image, les infographies deviennent "droites comme un I".

Liens :

Share This