The following two tabs change content below.
Philippe Couve accompagne les journalistes, les médias et les marques pour l’élaboration de stratégies éditoriales plurimédia et multi-supports (innovation, formation, conseil, coaching).

Derniers articles parPhilippe Couve (voir tous)

capture-decran-2016-11-23-a-10-30-37vergelogo1_640-0

Bon d'accord, le titre est sans doute un peu survendu, mais le site d'infos en ligne The Verge vient de publier un article qui détaille son modèle économique et l'évolution de celui-ci depuis sa naissance il y a 5 ans. Et c'est une plongée au coeur de ce qui évolue à toute vitesse dans l'économie des médias gratuits.

Commençons par les présentations. The Verge a été créé en 2011 aux Etats-Unis avec une ligne éditoriale basée sur les changements liés aux technologies dans nos vies. Petit à petit, le champ s'est étendu à la science, à la culture et aux transports.

Des dispositifs de plus en plus sophistiqués

The Verge appartient au groupe Vox Media qui possède également SB Nation, Polygon, Curbed, Eater, RackedVox.com et Re/code. Depuis sa création, le modèle économique repose sur du contenu gratuit pour les internautes et financé par la publicité.

Le changement majeur pointé dans l'article concerne la sophistication croissante des dispositifs mis en oeuvre pour assurer la monétisation des articles ou des vidéos produites par The Verge. Pour cela, l'équipe a notamment beaucoup investi dans le développement de ses propres outils pour publier du contenu (CMS baptisé Chorus), pour créer des formats de publicités multiples (outil nommé Hymnal), pour gérer du contenu de marque (gestion de "brand content" avec un outil nommé Vox Creative) et un nouvel outil pour gérer la publication multiplateformes des contenus et de la publicité (appelé Concert).

Des vidéos et des pubs adaptées à chaque plateforme

En l'espace de 5 ans, le contenu est devenu plus mobile et comprend plus de vidéo. Par ailleurs, la logique de plateformisation joue à plein. C'est à dire que les contenus sont adaptés à chaque plateforme comme YouTube ou Facebook où les contenus vidéo proposés ne sont pas les mêmes et les publicités non plus.

Les données joue un rôle de plus en plus important pour le contenu éditorial comme pour la publicité. Chaque article est testé avec deux titres différents au moins et deux images d'illustration aussi. La combinaison titre/image qui fonctionne le mieux auprès des premiers internautes est ensuite proposée à tous. On apprend ainsi que les images à dominante violet sont celles qui déclenchent le plus de clics chez eux.

Plus de 7000 créations publicitaires différentes en un an

En terme de formats publicitaires, The Verge propose aujourd'hui aux annonceurs du contenu de marque, de la publication pour les marque sur les réseaux sociaux, des intégration Facebook live, des newsletters, des podcasts. Et le média essaye de proposer des solutions sur mesure dans chaque cas de figure. En  2016, ce sont plus de 7000 publicités différentes qui auront été proposés par The Verge.

Au final, on retiendra que le phénomène de publication de contenu et de pub adapté à chaque plateforme joue à plein avec un accent mis sur les outils et le traitement des données sur le comportement des internautes. The Verge le reconnaît volontiers. En l'espace de 5 ans, tout a changé.

Lien:

Share This