The following two tabs change content below.
Consultant/formateur médias, gérant de Médiaculture Conseil, co-créateur de Quoi.info (l'information expliquée). Journaliste web/print/radio depuis 18 ans, j'accompagne les rédactions dans leurs mutations numériques. cfrank@mediaculture.fr

colibri-google-mediacademieSteve Corey

Hummingbird (colibri), la dernière mise à jour de l’algorithme de Google, fait la part belle à la richesse sémantique des articles. C’est une bonne nouvelle pour les rédacteurs et secrétaires de rédaction : fini la répétition lassante des mêmes mots-clés “stratégiques” dans la page.

On va peut-être aussi pouvoir mettre le bémol sur l’utilisation des “kickers” sytématiques en début de titre. Ces “démarreurs” sont des sortes de surtitres intégrés au début du titre et qui comportent les mots-clés principaux du sujet. Exemple : “Roland-Garros : encore un Français éliminé”. Utiles et efficaces, mais déplaisants lorsqu’ils s’alignent tous en rangs d’oignons sur une page d’accueil. En tout cas, pour les sites qui ne bénéficient pas du double-titrage (titre accueil différent du titre de l’article) tel 20minutes.fr ou Slate.com

Depuis toujours, Google cherche à améliorer la pertinence de ses résultats. Non par philanthropie, ni générosité d’âme particulière. Mais car c’est tout simplement la clé de son modèle économique (93% de son chiffre provient de la publicité Adwords ou Adsense).

Le moteur a donc progressé suffisamment pour être capable de mieux évaluer la richesse d’une écriture en fonction de sa variété lexicale.

Encore une fois la confirmation, qu’il faut cesser d’appliquer bêtement des règles qui ne sont que des limitations techniques temporaires du moteur. L’écriture “SEO” (Search Engine Optimization), c’est d’abord répondre aux besoins des lecteurs !

 A lire :

Crédit photo en Creative Commons via Flickr.com : Steve Corey

Share This