NYT-VRNYT

Les vidéos filmées à 360°, permettant à l’internaute de naviguer dans l’image, se multiplient. Les médias n’ont pas attendu longtemps pour tester ces dispositifs « immersifs ». Accessibles depuis un navigateur ou un  casque de réalité virtuelle, type « cardboard », ces vidéos ouvrent une nouvelle dimension pour la narration journalistique.

Lemonde.fr, Euronews et Okio-studio ont récemment levé un coin de voile sur leurs expérimentations.

Qu’en retenir ?  

  1. Un mode de production encore lourd et complexe
  2. Un ticket d’entrée élevé : pour un équipement professionnel, il faudra débourser pas moins de 3.200€. La solution de captation adoptée par lemonde.fr, composée de 6 GoPro, revient à 3.139€. Ce prix ne prend évidemment pas en compte le logiciel de montage et l’ordinateur.
  3. Des caméras d'entrée de gamme existent, mais… la qualité de l’image laisse encore à désirer.
  4. Une mise en ligne facilitée sur YouTube ou Facebook, deux plateformes qui détectent, formatent et permettent de lire les vidéos VR (Virtual Reality).
  5. Une nouvelle manière de raconter des histoires. Tant pour la captation que pour le montage, oubliez vos réflexes, il faut repenser toute sa méthode de travail.
  6. Un travail de postproduction long et fastidieux. Thomas Seymat, journaliste à Euronews, explique avoir mis une douzaine d’heures pour apprivoiser les spécificités du montage.

Liens :