The following two tabs change content below.

Nicolas Becquet

Journaliste - Manager des supports numériques chez L'Echo
Formateur en storytelling plurimédia et journalisme mobile. Blogueur sur mediatype.be. Journaliste et manager des supports numériques de L'Echo. Je m'intéresse à tous les formats & organisations au service de l'info et de ses lecteurs/internautes.

Invité par Frenchweb, Frédéric Filloux a détaillé sa vision du secteur des médias.

Fidèle à son parcours journalistique, l’auteur de la Mondaynote et ancien directeur général des Echos en charge du numérique, invite la presse à miser sur la singularité éditoriale et l’encourage à investir dans l’expérience utilisateur.

1- Investir dans les « contenus de marque » pour survivre à l’échec du financement par la publicité en ligne.

Frédéric Filloux estime que l’effondrement de la publicité en ligne va se poursuivre et qu’il faut acter son incapacité à financer le journalisme de qualité.  Par ailleurs, il voit dans le « brand content » une source importante de revenus et une réponse au phénomène des « adblockers ».

Attention, prévient-il, le secteur de la communication ayant beaucoup plus d’argent que les médias, les rédacteurs de contenus sponsorisés auront bientôt des moyens supérieurs à ceux dont disposent les journalistes. Aux Etats-Unis, ce type de contenus tend à attirer plus de trafic, notamment grâce à la mise en valeur des histoires des entreprises dont ils vendent les mérites.

2- Rendre service au lecteur en l’aidant à trier les flux d’informations et en personnalisant son expérience.

Le créateur de 20 Minutes prend l’exemple de l’application Nuzzel, qui scanne les articles partagés par votre communauté sur les réseaux sociaux pour en faire ressortir les plus intéressants. Bientôt, le « machine learning » et les algorithmes prendront le relais de la personnalisation de l’information, mais en attendant, c’est bien aux éditeurs de trouver des solutions.

Il ne faut pas avoir peur de demander à l’internaute de troquer quelques informations personnelles contre une amélioration de son expérience utilisateur. Seule condition, présenter le « deal » de façon transparente grâce l’ « opt-in », c’est-à-dire le choix positif de cette option.

3- Investir sur le caractère unique de la proposition éditoriale, sur ce qu’on ne peut pas lire ailleurs.

Si l’on veut se démarquer et continuer à produire de la valeur, il faut freiner la « commoditisation » de l’information et tout ce qui transforme les contenus journalistiques en biens de consommation comme les autres.

Frédéric Filloux prend l’exemple de Buzzfeed ou de Business Insider, deux médias qui ont fait le pari de l’information de flux et dont les résultats sont moins bons que prévus. Les revenus de Buzzfeed sont, par exemple, quatre fois moins importants qu’escomptés pour 2016.

4- Parier sur le mobile, persévérer pour trouver les bons formats et attendre patiemment que le prix de la publicité remonte.

Lien :

 

Share This