Le constat n'est pas réjouissant, mais il assez évident : en 10 ans, la création transmédia n'a pas réussi à rencontrer un marché pérenne, ni une audience à la hauteur des sommes investies. Rester à savoir si ce secteur est complètement mort, ou s'il bouge encore.

Pour René Broca, interviewé par Le Blog documentaire, "le transmédia de création  a échoué". Un constat sans appel, énoncé par un homme qui a été pendant plusieurs années au coeur du secteur : René Broca a créé en 2010 le Forum Blanc, un rendez-vous incontournable de trois jours rassemblant des auteurs, des producteurs et des diffuseurs du monde entier.

"Au bout de toutes ces années, on constate qu’il n’y a toujours pas de marché qui s’est constitué ; ce qui veut dire concrètement que les auteurs et producteurs ne peuvent pas en vivre."

Tout comme les financements, le public n'est pas au rendez-vous selon lui, laissant les oeuvres transmédia dans un petit cercle de "happy few".

"Une autre illusion était qu’on pensait que les gens voulaient interagir. En fait, ce n’est pas le cas. Si les gens veulent interagir, ils se tournent vers les jeux vidéo. (…) Au final, tout le monde en est revenu."

Le réalisateur interactif Benjamin Hoguet partage peu ou prou ce constat, dans un billet intitulé "La mort annoncée du transmédia", sans sombrer pour autant dans un pessimisme complet.

"Pour moi, le transmédia n’est pas proclamé mort par certains parce qu’il ne vend pas. Je pense plutôt qu’il est tout bonnement trop ambitieux et gourmand en ressources pour être systématisé par des acteurs qui cherchent à « industrialiser » des processus de production afin d’être rentables."

Deux positions complémentaires à lire, pour faire le point sur un secteur qui soulevait il y a quelques années encore un immense enthousiasme.

Liens