L’un des chercheurs les plus reconnus au monde sur la question de l’économie des médias, Robert Picard, émet une hypothèse : et si le modèle industriel de la presse écrite était remplacé par deux formes d’organisation, la production de flux et l’artisanat de qualité.

clavier

La technologie n’explique pas tout pour comprendre les changements à l’oeuvre dans les entreprises média, assure le chercheur Robert Picard. Le mode industriel de production qui prévalait depuis un siècle est remis en cause pour être remplacé, soit par un mode d’information en flux, soit par un mode artisanal.

Dans le mode flux, l’information devient un service qui est distribué sur différentes plateformes (ordinateurs, smartphones, tablettes, etc). L’accent est alors mis sur les enjeux de la distribution plus que sur la production de l’information. Ces entreprises se reposent sur les agences de presse, sur les contenus soumis par les internautes (notamment via les réseaux sociaux) et sur les contenus des autres médias plus que sur leur production propre.

Dans le mode artisanal, des journalistes-entrepreneurs ou de petites équipes se concentrent sur la qualité et l’originalité de l’info. Ces équipes opèrent dans des domaines spécialisés (thématiques ou géographiques) ou utilisent des techniques spécialisées (data journalisme par exemple). Ces entreprises diffusent elle-mêmes leur contenu ou bien le fournissent aux entreprises qui opèrent en mode flux.

Ces changements ont des implications multiples, souligne Robert Picard. L’organisation et l’économie des médias sont fortement ébranlées. Autant d’enjeux qui, selon le chercheur, n’ont pas encore été pris en compte par les organisations professionnelles.

Et vous, vous êtes plutôt dans le flux ou dans l’artisanat ?

Source:
http://themediabusiness.blogspot.fr/2014/01/a-fundamental-shift-in-mode-of-news.html