The following two tabs change content below.
Nous sommes un groupe de journalistes qui aimons travailler avec les nouveaux outils et les réseaux depuis des années. Nous partageons notre expérience et notre expertise lors de formations, de missions de conseil ou à l'occasion de conférences.

Derniers articles parMédiacadémie (voir tous)

Le magazine américain Popular Science, submergé de trolls et de spams, a décidé de supprimer les commentaires de son site. Une décision difficile, motivée par l’intérêt de la science elle-même, selon les termes de la directrice de la rédaction.

Les discussions remettant en question les acquis de la science, non seulement faisaient perdre du temps aux journalistes qui les modéraient, mais elles diffusaient une désinformation néfaste auprès des lecteurs.

Le blogueur Mathiew Ingram critique cette décision radicale et regrette que le site n’ait pas cherché à trier les commentaires plutôt que de les faire disparaître.

Youtube, pour sa part, a choisi de brider les trolls en obligeant les commentateurs à être connectés à leur profil Google Plus, de façon à limiter l’anonymat défoulatoire. Une voie choisie également par Le Huffington Post.

Une préoccupation exactement inverse à celle de Nick Denton, créateur du site Gawker, désireux au contraire de mettre davantage en avant les commentaires de ses lecteurs.

Pour ce faire, il a crée la plateforme Kinja pour leur permettre, non seulement de partager les articles, mais aussi de modifier leurs titres et accroches. Et de créer ainsi des discussions qui seront ensuite mises en valeur sur le site, pour les meilleures d’entre elles.

Une fonctionnalité destinée à booster la viralité sociale des articles et à fidéliser les lecteurs en leur donnant plus de pouvoir. Mais qui nécessite toujours une sélection par des éditeurs dédiés, pour faire émerger les plus intéressants.

Share This