The following two tabs change content below.
Après avoir travaillé pour des médias en ligne aux poste d'éditeur, webdesigner et développeur, Grégoire Pouget, rejoint Reporters sans frontières en tant qu'expert en sécurité informatique #tor #hacking & co. Aujourd'hui chez Bibliothèque Sans Frontières, il s'emploie à trouver des solutions pour donner accès à l'information à des populations et dans dans des endroits ne disposant que de peu - ou pas - d'infrastructures ou d'accès Internet #piratebox #internetdeconnecte #wimax #connectionasynchrone #etplus

Derniers articles parGrégoire Pouget (voir tous)

cloudcomputing

Secure Cloud Computing par FutUndBeidl. Image sous licence CC by 2.0

Informatique dans les nuages : lisez attentivement les conditions d'utilisation. En cas de non respect, vous pourriez vous voir privé de l'accès à vos données. Aujourd'hui les jeux vidéos, demain les mails ?

Numerama fait l'inventaire des éditeurs de jeux américains qui ont décidé d'appliquer les sanctions économiques de leur gouvernement :

  • en septembre dernier, l'éditeur de jeux Electronic Arts a décidé de faire respecter l'embargo américain et a suspendu l'accès à ses services en ligne aux clients résidant à Cuba, en Iran, au Myanmar, en Corée du Nord, au Soudan et en Crimée ;
  • en 2012, l'éditeur de jeux en ligne Blizzard avait bloqué l'accès à ses jeux et services en ligne à l'Iran ;
  • Steam a inclus dans ses conditions d'utilisation un article imposant aux joueurs de s'abstenir d'acheter des licences s'ils résident dans un pays sanctionné par les États Unis.

Ces restrictions concernent pour l'instant essentiellement des éditeurs de jeux en ligne, des services non critiques. Mais cette volonté de faire respecter les embargo décrétés par les États-Unis interroge sur ce qui arriverait si ces mesures étaient étendues aux autres services d'informatique dans les nuages tels que les mails et la bureautique en ligne. Que se passerait-il si demain, les États-Unis décrétaient un embargo sur l'Europe et imposaient à google, Microsoft, Apple et Amazon de supprimer l'accès à leurs services aux citoyens européens ? Combien d'entreprises seraient ainsi privées de leurs données ?

De quoi faire réfléchir sur les conséquences de l’archi-domination économique américaine sur le Web, qui se traduit aussi et de plus en plus par une dépendance diplomatique.

Lien :

Share This